photo 01photo 02photo 03photo 01photo 03photo 01

Chevalier banneret Sébastien - Seigneur Thomas d'Aubessagne - Sire Guérin de Bretagne Le Seigneur Marc d'Haguenau - Le chevalier Jérôme d'Archer
Le chevalier Olivier d'Avignon - Le Chevalier Michel de Montazel

Lions de Guerre

Le Seigneur Marc d'Haguenau



Sur les riches terres d’Haguenau naquit Marc de Hohenstaufen en 1350, premier fils d’une famille de deux enfants et descendant éloigné de la grande dynastie Hohenstaufen.

La famille Hohenstaufen fut longtemps une des plus puissantes familles de la partie Rhénane du saint empire, mais depuis 1250 la dynastie souffre d’un certain déclin si bien qu’aujourd’hui seul perdure la lignée féminine de la famille. C’est en 1273, lorsque Rodolphe de Habsbourg voulut remettre de l’ordre dans toutes les possessions du saint empire et qu’il fit d’Haguenau le siège du grand bailliage regroupant 45 villages et 10 villes, que l’empereur envoya la famille de Marc vers ce nouveau domaine. Ils quittèrent ainsi le château d’Obernai pour Haguenau afin de protéger au mieux les intérêts de la décapole.

Haguenau fut fondée en 1115 par Frédéric II de Souabe dit le borgne sur l’île de la Moder. A sa construction Haguenau n’était qu’une petite ville mais ce fut sous l’égide de Frédéric Ier aussi appelé Barberousse que la ville se verra octroyer de nombreux privilèges.

A l’heure actuelle Haguenau est dite une ville impériale d’alsace. Elle n’est plus la résidence préférée de l’empereur mais est restée un centre de décision en devenant en 1354 le chef-lieu de la décapole, alliance des 10 villes libres du saint empire. La décapole, outre politique assura aussi un essor économique à la ville et permit le développement du commerce hors des frontières de la région.

C’est dans un climat de paix que naquit Marc. Bercé dès sa plus tendre enfance par les histoires de guerre et récits de batailles de son père, Raymond dit d’Haguenau. Raymond combattit plusieurs fois l’Anglois, notamment au côté de Jean Ier de Luxembourg à la bataille de crécy en 1346. Lors de cette bataille Jean s’illustra au combat malgré sa cécité, mais malheureusement mourut dans un dernier assaut au côté de ses compagnons d’armes. Marc fut confié à son oncle Joseph comte d’Obernai à ses 7 ans afin de commencer sa formation de chevalier. Très vite il apprit à lire, écrire et monter à cheval et devint rapidement malgré son jeune âge meilleur bretteur que son parrain. Dès que son âge le permit, il suivit son précepteur dans quelques batailles apposant les villes libres et les seigneurs désireux d’acquérir les richesses que recèle leur territoire. Il découvrit ainsi l’art des tactiques et plans de bataille, très rapidement il comprit que bien que doué dans le domaine des armes son terrain de prédilection était la stratégie. A 15 ans, Marc conseillait déjà son oncle lors de certaines batailles et permit d’épargner mainte vie mais ces connaissances ne servirent à rien lors de la première invasion des Anglais en Alsace en 1365. Ces premières batailles contre l’Anglais en terre alsacienne virent mourir son père. Attaqué lors d’un voyage pour venir retrouver son fils. Attristé par cette perte, il se jura de protéger ce qui lui restait de famille et de terre.

Sa formation à peine terminée, et pour tester ses compétences il participa à quelques tournois sous ses propres couleurs. Son jeune fut rapidement compensé par l’expérience acquise auprès de son oncle et lors des quelques batailles auxquels il put assister.

Après une année de perfectionnement en échange commercial et en diplomatie, Marc fut envoyé à Arles et adoubé par Charles IV du Saint Empire lui-même et prit le nom de son père Marc d’Haguenau. Dès lors de grosses responsabilités lui furent confiées, prendre la relève de son père et sécuriser les nouveaux échanges commerciaux avec le reste de l’Europe. Fort de son nouveau rang il prit la route, accompagné de son écuyer et de quelques hommes afin de reprendre contact avec les quelques chevaliers et nobles seigneurs qui pourraient l’aider dans son entreprise.