photo 01photo 02photo 03photo 01photo 03photo 01

Siège de montségur au Moyen-Âge cathare

S'il y a un nom de forteresse médiévale dîte cathare qui soit restée dans l'imaginaire collectif sur le Moyen-Âge, c'est bien Monstégur.

Montségur, forteresse du moyen-âge cathare

En 1204, apparemment à l'instigation d'Esclarmonde de Foix, (soeur du comte Raymond-Roger) et répondant aux demandes de l'église cathare, la forteresse médiévale de Montségur est construite sous la direction de Raymond de Péreille. C'est le château du Moyen-Âge auquel les archéologues ont donné le nom de Montségur II.

A l'époque, le château médiéval de Montségur montre un tout autre aspect qu'actuellement. Du côté de la route actuelle, plusieurs murs de défense sont érigés. Le premier se situe au niveau du guichet actuel pour la visite payante de Montségur. De l'autre côté du Pog, à 800 mètres environ, se trouve une tour de guet surplombant une falaise de 80 mètres. L'entrée du Castrum médiéval de Monségur qui donne sur cette tour de guet du moyen-âge est défendue par une barbacane. Un village existe à l'intérieur de l'enceinte, dont subsistent seulement quelques terasses au nord-ouest du château actuel.

Montségur abrite au moyen-âge une communauté cathare importante. En 1215, la forteresse de Montségur est citée par le Concile de Latran comme étant un repère d'hérétiques (cathares). Le château de Montségur est de nouveau cité comme abris de cathares dans le traité de Meaux-Paris.

Le château accueille les chevaliers faydits (qui ne sont pas tous cathares, loin de là) dépossédés de leur terres par le traité de 1229. Au nombre de ces derniers figure Pierre-Roger de Mirepoix, cousin de Raymond de Péreille qui sera le maître militaire de Montségur.

Montségur, siège d'un château cathare

Le siège de Montségur est consécutif au massacre de quelques inquisiteurs fait en 1242 à Avignonet par des hommes issus de la garnison de Montségur. Le sénéchal de Carcassonne et l'archevêque de Narbonne (Pierre Amiel) sont alors chargés d'assièger la forteresse, sur l'ordre de Blanche de Castille et de Louis IX (futur Saint-Louis). En mai 1243, les croisés, au nombre d'environ 6000 hommes, entourent Montségur, forteresse du Moyen-âge cathare.

Pendant huit mois, les croisés piétinent et ne parviennent pas à crever les défenses médiévales du château cathare. L'équilibre des forces perdure jusqu'à Noël 1243 où quelques combattants croisés parviennent, suite à une escalade de nuit, à se rendre maître de la tour de guet cathare. Un trébuchet est alors installé qui bombarde sans relâche la position des assiégés. La barbacane tombe aux mains des assaillants environ un mois plus tard.

Un dernier assaut lancé en février 1244 est repoussé au prix de lourdes pertes dans les rangs des cathares de Montségur.

Montségur, reddition d'un château cathare

Le 1er mars 1244, Pierre-Roger de Mirepoix est contraint de négocier la reddition de la place forte médiévale de Montségur. Les conditions sont les suivantes :

- la vie des soldats et des laïcs sera épargnée,
- les parfaits qui renient leur foi seront sauvés,

15 jours de trève permettent aux cathares qui veulent se préparer de recevoir les derniers sacrements. Le 16 mars, 200 cathares qui refusent d'abjurer sont brûlés vifs. L'Histoire de la Croisade contre les cathares garde un souvenir amer, de cendres et de sang, de cette époque troublée du Moyen-Âge.

Montségur, reconstruction du château

Guy II de Lévis, seigneur officiel de Mirepoix depuis le traité de 1229, construit le château de Montségur actuel, vraissemblablement érigé vers la fin du XIIIe siècle, ou le début du XIVe siècle.

Une garnison royale d'une trentaine de soldats reste présente au château de Montségur jusqu'au Traité des Pyrénées au XVIIe siècle. Certains documents mentionnent le château comme étant défensable en 1510.

Les mystères de Montségur, château cathare

Montségur garde une place à part dans la conscience collective, et joue un rôle majeur dans plusieurs traditions ésotériques. Certains y voient ainsi une relation entre cathares et templiers dans la quête du Graal. Des faits troublants appuient ces thèses.

Quatre parfaits cathares se sont en plein siège glissés hors de la forteresse de Montségur avec un lourd chargement. Les spécialistes du Moyen-Âge ont perdu leurs trace. Chaque année, au moment du solstice, le soleil propose à Montésgur un événement singulier.

Des auteurs comme Otto Rahn et des livres comme L'Enigme sacrée ne manquent pas d'attiser la curiosité.

Dans la même rubrique :

Croisade Albigeoise - Siège de béziers - Bataille de Muret - Siège de Montségur - Châteaux Cathares

Retour aux guerres Médiévales