photo 01photo 02photo 03photo 01photo 03photo 01

La Guerre de Cent Ans au Moyen-âge

La guerre de Cent Ans est une série de conflits entre l'Angleterre et la France au Moyen-âge.

La Guerre de Cent Ans a duré en réalité 116 ans (de 1337 à 1453).

Prologue à la Guerre de Cent Ans

Deux grandes sources d'opposition entre Français et Anglais du Moyen-âge conduisent à la Guerre de cent ans.

Guerre de Cent Ans : la question dynastique

En 1316, Louis X le Hutin meurt seulement deux ans après celle de son père Philippe le Bel : La couronne de France ne peut plus être transmise à un héritier mâle direct (lire à ce sujet "Les Rois Maudits", de Maurice Druon). Louis X n'a qu'une fille, Jeanne de Navarre, née de sa première épouse infidèle. Les grands Barons de cette France du Moyen-âge décident de l'élection de Philippe V (frère de Louis X). A la mort de Philippe V, son frère Charles IV est à nouveau choisi.

Quand Charles IV décède à son tour, les Barons de France se fondent sur l'élection d'Hugues Capet en 987 pour élire un nouveau roi : ils retiennnent Philippe VI au détriment d'Edouard III, petit-fils par sa mère de Louis X et fils du roi d'Angleterre.

Guerre de Cent Ans : la Guyenne

Outrage suprême, Edouard III évincé du trône doit en plus rendre hommage à Philippe VI pour la Guyenne. Edouard III demande que la Guyenne devienne un aleu, ce que ne peut pas accepter le Roi de France. Les braises qui vont attiser la sanglante Guerre de Cent Ans au Moyen-âge s'attisent entre un Roi et un vassal de même puissance. Face à un Roi de France qui soutient la révolte écossaise, Édouard III alimente une propagande anti-française en Flandres, La Guerre de Cent Ans, qui déchirera le Moyen-âge occidental pendant plus de 100 ans, éclate le 7 Octobre 1337.

Guerre de Cent Ans : Jusqu'au Traité de Brétigny

Si la guerre de cent ans est déclarée en 1337, le conflit ne débute que plus tard. Les deux rois du Moyen-âge ne sont pas riches, ils doivent négocier lever suffisament d'impôt voire emprunter les sommes nécessaires à la guerre qui s'annonce.

La première phase de la Guerre de Cent Ans sourit aux Anglais, qui s'affirment comme une grande puissance du Moyen-âge. La défaite de la France à la Bataille de l'Ecluse (1340), grande bataille navale du Moyen-âge français donne aux Anglais l'initiative de la mer et d'un éventuel débarquement. Les chevauchés anglaises mènent à la défaite célèbre de la Guerre de Cent Ans qu'est Crecy (1346). La Bataille de Poitiers (1356) décime à nouveau l'armée française et prive la France de son roi Jean le Bon Après la déroute de l'armée anglaise en 1359 (grâce à un violent orage) le Dauphin Charles négocie la paix. Le traité de Brétigny-Calais conclut finalement la première phase de la Guerre de Cent ans, au bénéfice des Anglais, devenu un royaume puissant du Moyen-âge. Le Royaume de France sort de cette première phase de la Guerre de Cent Ans ruiné et avec son territoire considérablement réduit .

Guerre de Cent Ans : le sursaut français

La situation peut sembler délicate à ce moment de la Guerre de Cent Ans. Et pourtant, Charles V (roi à bien des égards moderne pour le Moyen-âge) reconstruit et prépare lentement la reconquête. En 1368, le roi de France se sent assez fort pour défier Édouard III : Le roi d'Angleterre se proclame roi de France le 3 juin 1368, le roi de France confisque l'Aquitaine le 30 novembre 1368. La Guerre de cent Ans reprend.

Charles V renonce aux batailles rangées. Il constitue sous le commandement de chefs de qualité (dont Bertrand du Guesclin) de petites armées formées de volontaires aguerris et les lance dans une guerre d'escarmouches et de sièges. Les chevauchées du Roi d'Angleterre n'empèchent pas le grignotage continu de ses terres, elles ne rapportent que du butin et un Anglais de plus en plus impopulaire en ce Moyen-âge de guerres incessantes.

Durant ce sursaut de la Guerre de Cent Ans (de 1369 et 1375), les Français reprennent aux Anglais la quasi-totalité des terres continentales, exceptions faites de Calais, Cherbourg, Brest, Bordeaux, Bayonne, et de quelques forteresses dans le Massif central.

Guerre de Cent Ans : les revers cinglants

La reprise de la Guerre de Cent Ans trouve ses origines dans différents facteurs. En France, la folie progressive de Charles VI excite les convoitises : Armagnacs et Bourguignons se disputent le pouvoir. Henri V, qui cherche à asseoir sa légitimité, comprend la nécessité d'unir sa noblesse contre un ennemi commun, et d'attaquer la France du Moyen-âge.

En 1415, Henri V se proclame roi de France et lance une chevauchée : les Français sont défaits à la Bataille Azincourt, qui restera l'une des plus retentissantes défaites de la Guerre de cent Ans. Henri V exploite sa victoire et reprend les châteaux de Normandie un à un (excepté le Mont-Saint-Michel). Devant les avancées anglaises, le dauphin Charles doit s'enfuir et se réfugie à Bourges en 1419. En 1419, l'assassinat de Jean Sans Peur lui fiat perdre en cette Guerre de Cent Ans l'appui des Bourguignons, qui s'allient alors aux Anglais.

Le traité de Troyes de 1420 signé par Charles VI, définitivement fou, rend la situation de la France en ce moment de la Guerre de Cent Ans hautement périlleuse : un des plus glorieux et puissants royaumes du Moyen-âge va-t-il disparaître ? Le dauphin est déshérité, Henri V épouse la fille de Charles VI et devient l'héritier du royaume de France. La France est partagée en trois influences : le sud (régions au sud de la Loire, moins la Guyenne) fidèle au Dauphin (soutenu par les Armagnacs), le nord-ouest tenu par les Anglais, le reste étant sous influence des Bourguignons.

En 1429, les Anglais reprennent les armes, et mettent le siège devant Orléans. C'est alors qu'intervient Jeanne d'Arc, figure emblématique de la Guerre de Cent Ans.

Guerre de Cent Ans : vers une victoire décisive

Charles VII, à un fil de perdre définitivement la Guerre de Cent Ans, accepte d'envoyer Jeanne d'Arc à Orléans, qu'elle se propose de délivrer. Contre toute attente, Orléans est libérée par Jeanne qui obtient alors une aura incommensurable auprès des population des deux bélligérants de la Guerre de Cent Ans. Jeanne désire ensuite marcher sur Reims pour faire sacrer Charles VII Roi de France : le projet semble impossible, mais la foi de Jeanne galvanise les hommes et le projet réussit.

Si Jeanne est faite prisonnière en 1430, la reconquète française se poursuit lentment mais sûrement. En 1435, Charles VII conclut la paix d'Arras avec les Bourguignons et réorganise le Royaume. La bataille de Castillon (1453) signe la victoire française. La fin de la Guerre de Cent Ans est définitivement entérinée en 1475, entre Louis XI et Édouard IV.

Dans la même rubrique :

La Guerre de Cent Ans - Chronologie - Bataille de Crécy
Bataille de Poitiers - Bataille d'Azincourt
Bataille de Castillon - Bertrand Duguesclin - Jeanne d'Arc

Retour aux guerres Médiévales