photo 01photo 02photo 03photo 01photo 03photo 01

Guerres - Hommes en armes - Cuisine - Littérature - Biographies
Ressources pédagogiques

L'Ordre des Templiers au moyen-âge

L'Ordre du temple a marqué le moyen-âge des Criosades d'une empreinte indélébile. Découvrons ce qui fut l'organisation médiévale la plus puissante, faisant jeu égal avec les rois avant de disparaître tragiquement. Découvrons ici une présentation générale des Templiers

Fondation au Moyen-âge de l'Ordre des Templiers

Neuf chevaliers francs menés par Hugues de Payns proposent en 1118 au roi de Jérusalem de créer un ordre militaire qui protégerait les pèlerins, sous le nom de « Pauvres chevaliers du Christ ».

Le roi accorde alros à ceux qui deviendront Les templiers une résidence dans son palais situé sur le site de l'ancien Temple de Salomon. Le nom évolue en chevaliers du Temple puis en Templiers. L'ordre médiéval des Templiers est officialisé moins de 10 ans plus tard par une bulle pontificale.

L'Ordre des Templiers au moyen-âge

L'ordre des Templiers accueille les jeunes nobles souhaitant participer à la défense de la foi chrétienne médiévale au Moyen-Orient.

L'Ordre des Templiers forme au Moyen-Âge un ordre militaire à la hiérarchie très stricte. Les chevaliers Templiers font ainsi voeux de pauvreté, d'obéissance et de chasteté. Ils abandonnent aussi à l'ordre toutes leurs possessions et héritages. Les chevaliers Templiers partagent leur existence austère entre la prière et la guerre, devenant très vite spécialistes des us et coutumes guerrières du Moyen-Orient : riche et puissant, l'ordre du Temple fait construire de nombreuses forteresses médiévales indépendantes, les kraks, mi-couvents, mi forteresses.

Les Templiers font également bâtir un réseau de commanderies templières à travers tous les pays de l'Europe médiévale occidentale à fins de recrutement. Ils s'habillent simplement et passent par-dessus leurs effets une robe blanche frappée d'une croix rouge. Leur fortune, leur état d'intermédiaires entre l'Orient et l'Occident, leur découverte de nouvelles pratiques les conduisent peu à peu à se transformer en financiers et banquiers prospères, initiateurs au Moyen-Âge de la lettre de change. Les Templiers s'éloignent peu à peu de leur mission première.

L'Ordre des Templiers obsolète

1291 : Saint Jean d'Acre tombe aux mains des musulmans, mettant un coup d'arrêt définitif à l'épopée médiévales des croisades. Les Templiers, une des plus grandes forces militaires du moyen-âge d'alors, ne possèdent plus de places fortes en Palestine. Les projets de croisade générale du Grand Maître du Temple Jacques de Molay ne trouvent pas d'écho suffisant près des souverains occidentaux et de la papauté.

Alors que les autres ordres militaires du Moyen-Âge occidental peuvent se reconcentrer sur d'autres fronts, les Teutoniques étant en train de bâtir un état théocratique en Prusse et les Hospitaliers de songer à une guerre navale contre l'infidèle par le contrôle du Dodécanèse et de Rhodes, les Templiers se trouvent en porte-à-faux face à leur mission première.

Les Templiers n'ont plus de guerre à mener tout en restant un ordre militaire médiéval. A un moment où les monarchies du moyen-âge, à l'image de la France médiévale de Philippe le Bel, se renforcent la puissance d'un ordre tel les Templiers possédant des biens à travers toute la Chrétienté et ne répondant qu'au pape inquiète. Les critiques vont bon train sur les Ordres médiévaux, celles de richesse et d'avarice, celles de lâcheté voire de trahison. Les Templiers, sans mission à tenir, sont l'Ordre médiéval le plus menacé.

Tragique fin de l'Ordre des Templiers

Le 13 octobre 1307, Philippe le Bel fait arrêter tous les Templiers du royaume de France. Il s'agit d'une opération de police d'une envergure jamais égalée au Moyen-âge. Le 22 novembre 1307 la pape Clément V ordonne à son tour l'arrestation de tous les Templiers de la Chrétienté.

Philippe le Bel ne peut en effet pas accepter d'avoir sur son territoire une force militaire ne relevant pas de son autorité. Mettre la main sur les biens des Templiers, dont le réseau des commanderies, est aussi une perspective réjouissante.

L'accusation est mise sur pied par Guillaume de Nogaret, qui recrute des témoins à charge parmi d'anciens Templiers, et focalise les attaques sur une hérésie supposée des Templiers, forçant le pape à suivre le mouvement.

Tous les royaumes latins, à l'exception notable du Portugal, font arrêter les Templiers et mener des enquêtes selon l'ordre de la bulle pontificale.

Le 18 mars 1314, Jacques de Molay, dernier Grand Maître de l'ordre des Templiers meurt sur un bûcher à Paris. Confessant d'abord ses crimes, il s'était rétracté voyant l'intransigeance de la position royale. Il est donc condamné au bûcher comme relaps (étant retombé dans un crime déjà confessé).

Les Templiers ont marqué l'histoire du Moyen-Âge, l'histoire militaire médiévale tout d'abord, mais aussi économique et politique. Leur fin tragique et le goût du secret entretenu pendant deux siècles ont laissé une saveur de souffre et participé à forger la légende des Templiers.

Dans la même rubrique :

Ordre des Templiers - Grands Maîtres - Fondateurs - Trésor des Templiers

Retour aux hommes en guerre