photo 01photo 02photo 03photo 01photo 03photo 01

Chevalier banneret Sébastien - Seigneur Thomas d'Aubessagne - Sire Guérin de Bretagne Le Seigneur Marc d'Haguenau - Le chevalier Jérôme d'Archer
Le chevalier Olivier d'Avignon - Le Chevalier Michel de Montazel

Lions de Guerre

Le chevalier Jérôme d'Archer



Jérôme D’Archer est né sur les terres du comtat Venaissin en l’an de grâce 1357, quelques mois après la fameuse bataille de Poitier. Le village de Bedoin, centre des terres familiales, se dresse fièrement au pied du Mont Ventoux, qui offre aux habitants son micro climat si favorable à la viticulture. Outre le vin qui s’exporte de plus en plus loin, c’est le commerce lucratif des glacières qui avait fait la prospérité du domaine en approvisionnant le palais pontifical d’Avignon. Mais les grandes compagnies de routiers harcèlent le pays dès 1358 , et pillages et carnages s’intensifient encore à la signature du traité de Brétigny, qui lève à de nombreux hommes d’armes leur occupation et surtout leur solde.

C’est dans ce climat tendu que Jérôme passe son enfance, partageant alors tout son temps avec son frère jumeau Philippe. A 7 ans il devient page et débute son éducation auprès du seigneur de Monteux. Il aura alors l’occasion d’approcher le pape à plusieurs reprises lors de ses périodes de repos en ces lieux. Après 5 années de formation il part pour la forteresse de Mornas où il affirme ses capacités dans le maniement des armes. De Cervole décédé, les assauts des compagnies se font plus rares, mais la place forte reste bien gardée et est un lieu propice à l’apprentissage de la guerre. Son père lui enseigna en parallèle l’art du commerce et de la négociation, et lui transmit le goût de la chasse lors de leurs instants privilégiés.

C’est en 1373, sous la bannière de Raymond de Turenne, seigneur des Baux, et de la ligue pontificale que Jérôme connait sa première bataille dans la croisade contre les Visconti, ennemis du pape. Il s’illustre par ses faits d’armes à Montichiari et recevra les honneurs à son retour dans le comtat. Jérôme achève sa formation militaire et intellectuelle avec brio et est fait chevalier à l’aube de ses 19 ans.

Dans l’année qui suivit il eu le privilège de faire parti de l’escorte pontificale qui accompagna le pape Grégoire XI de son palais en Avignon jusqu’à Rome. De retour après ce long voyage, Jérôme prit la pleine part de ses responsabilités dans la gestion des terres familiales, aux cotés de son père et de son frère. Quelques mois plus tard il prit pour épouse dame Lorraine, la fille d’un proche ami de la famille, dont le vignoble n’a d’égal que celui de Bedoin.

Les temps sont aujourd’hui relativement sereins, et entre la gestion de son fief et les parties de chasses, Jérôme profite des tournois pour entretenir ses talents de bretteur et porter la renommée de sa famille et de son chais aux quatre coins du pays.